La numérotation des épreuves et la justification du tirage

Un ressource intéressante pour les graveurs publiée par Alain Cazalis sur Facebook

A) LES ÉPREUVES D’ÉTAT

Réalisées tout au long du travail du graveur pour contrôler l’état d’avancement de sa planche, elles servent de document de référence pour l’artiste et sont simplement numérotées dans l’ordre d’exécution: 1er état, 2ème état, etc… Ces épreuves sont parfois recherchées par certains collectionneurs, car naturellement rares et chargées des intentions ou des hésitations de l’auteur.

B)LES ÉPREUVES D’ESSAI

Elles sont réalisées pour les besoins de l’édition et selon les souhaits du graveur: contrôle de la pression, de l’encrage, de la réceptivité du papier, du calage des couleurs, etc… Après une sélection rigoureuse elles aboutissent généralement au «BON À TIRER» .

C) LE BON À TIRER OU BÀT

Le BÀT correspond à la plus satisfaisante des épreuves d’essai. Si un imprimeur taille-doucier est sollicité pour réaliser l’édition, l’auteur doit lui remettre ce BÀT signé de sa main. Il servira d’exemple à l’imprimeur pour contrôler la régularité de l’ensemble du tirage.

D) L’ÉPREUVE D’IMPRIMEUR

Par tradition l’imprimeur taille-doucier conserve pour ses archives un tirage hors numérotation signé ou dédicacé par l’auteur de l’estampe. 

E) LES ÉPREUVES D’ARTISTE

Partie de l’édition (une dizaine ou le dixième de l’édition courante) que l’artiste se réserve pour son propre usage: concours, biennales, expositions, vente à particuliers, etc… Elles doivent être numérotées car elles font partie intégrante de l’édition. Numérotation en chiffres romains: EA I/X, EA II/X, etc… ou AP pour Artist Proof. 

F) L’ÉDITION COURANTE

Pour une édition courante de 30 exemplaires par exemple on écrira: 1/30, 2/30, etc… en chiffres arabes. Ces 30 exemplaires et les 10 épreuves d’artiste sont imprimés de façon homogène, sans variation de teinte ou d’essuyage. Les épreuves sont brassées avant d’être numérotées. La limite de tirage est généralement commandée par la résistance de la planche ou par le désir de l’éditeur. Les numérotations sont écrites au crayon graphite au bas gauche de l’image, le titre au milieu, la signature lisible à droite.

G) L’ÉDITION DE BIBLIOPHILIE

Dans le cas d’un livre d’artiste comportant plusieurs estampes originales, la justification de tirage, sa numérotation et la signature placées en fin d’ouvrage suffisent pour valider l’exemplaire.

H) LES ÉPREUVES HORS COMMERCE 

Elles sont peu nombreuses, inscrites HC et peuvent être numérotées, mais ne font pas partie de l’édition courante. Elles rentrent dans la catégorie du cadeau ou du remerciement.

Ces personnes n’existent pas

Le site ThisPersonDoesNotExist, littéralement « cette personne n’existe pas », génère automatiquement de faux visages aussi vrais que nature.

Philip Wang, un ingénieur qui travaille pour Uber, est à l’origine de cette expérience un brin déroutante. Son site utilise un logiciel libre baptisé StyleGAN, un outil créé par Nvidia, une société américaine spécialisée dans les cartes graphiques pour jeux vidéo. L’entreprise, dont le chiffre d’affaires a plus que doublé en trois ans, participe désormais à l’entraînement des algorithmes d’intelligence artificielle (IA).

Car c’est bien de ça dont il s’agit : tous ces visages ont été générés par une intelligence artificielle. Plus techniquement, il s’agit ici d’une classe d’algorithmes qui fonctionnent par apprentissage automatique (on parle de machine learning).

Une superbe ressource à conserver même si ça fait un peu peur quand on y pense bien.

Le rôle des arts dans l’amélioration de la santé et du bien-être

Au cours de ces vingt dernières années, la recherche sur l’incidence des arts sur la santé et le bien-être s’est considérablement développée, parallèlement à l’évolution des pratiques et des activités politiques menées dans différents pays de la Région européenne de l’OMS et au-delà. Ce rapport fait la synthèse des données mondiales sur le rôle des arts dans l’amélioration de la santé et du bien-être, en particulier dans la Région européenne de l’OMS.

Les résultats de plus de 3 000 études ont permis de conclure que les arts jouent un rôle important dans la prévention des problèmes de santé, la promotion de la santé, ainsi que dans la prise en charge et le traitement des maladies tout au long de la vie. La recherche a porté sur divers types d’études, telles que des études pilotes non contrôlées, des études de cas, des enquêtes transversales à petite échelle, des études de cohortes longitudinales représentatives à l’échelle nationale, des ethnographies communautaires et des essais contrôlés randomisés dans diverses disciplines.

L’impact bénéfique des arts pourrait être stimulé en reconnaissant la somme croissante de données probantes dans ce domaine et en intervenant sur cette base, en promouvant l’engagement artistique aux niveaux individuel, local et national, et en appuyant la collaboration intersectorielle.